Please wait!

RIED2020

Recherche de 2 partenaires supplémentaires pour un grand symposium sur 1. L'éducation à la citoyenneté ou 2. Les conceptions du 'vivre ensemble' dans la formation des enseignants" sur un argumentaire de type "Cultivons le dépôt des ancêtres pour susciter

Démarré par Olivier Ralet dans RIED2020 il y a 4 mois

Bonjour,

Nous sommes actuellement... quatre à être intéressés par une participation aux 4èmes Rencontres Internationales du RIED les 1, 2, 3 juillet 2020, cherchant à savoir si deux autres personnes pourraient être intéressées par la constitution d'un grand symposium (6 personnes), ou si nous en restons à un petit (3 personnes).

Le thème serait (exprimé provisoirement) : cultiver le dépôt des ancêtres, par des dispositifs de transmission, pour instaurer une citoyenneté interculturelle (et "inter-convictionnelle") par des hospitalités mutuelles où se rencontrent des mondes proches et lointain, suscitant des nouvelles sociabilités et de nouveaux collectifs.

Il s'agit de ce que peut nous apprendre notamment l'ethnopsychiatrie sur les exigences de la transmission et de la diplomatie entre les mondes, où l'hospitalité est une démarche active d'apprentissage mutuel des mondes en présence. L'intégration, au contraire de lisser les différences, les cultive pour susciter des agencements entre systèmes de pensée et façons de faire proches ou lointains. Le rapport aux traditions n'est ni leur respect aveugle ni "se libérer de leur poids" mais celui du tri séparant les pépites du sable, et de l'échange dans ce qu'elles ont de meilleur (où la musique et la cuisine peuvent servir de paradigmes). Avec, avant tout, un rapport aux langues des ancêtres, maternelles quand on les parle encore à la maison, ou grand-maternelles ou des aïeux quand on parle la langue du pays d'accueil à la maison. Cela suscite une fierté locale des ancêtres et globale des civilisations en interactions - la fierté légitime étant la meilleure prévention du radicalisme, nourri de l'humiliation et du ressentiment.

La question des régimes de vérité est abordée en distinguant notamment les modes de véridiction en sciences et en religion/spiritualité, pour se rendre capable d'éviter les confusions de genre (en prenant par exemple les récits spirituels pour des récits historiques).

Tous les axes thématiques des propositions de symposium sont abordés, avant tout le n°1 "L'éducation à la citoyenneté" et (à ex-equo) le n°2 "Les conceptions du 'vivre ensemble dans la formation des enseignants...", mais aussi le n°4 "L'école et son environnement", et comme nous l'avons dit, le n°7 "Prévention des formes de 'radicalisation'...", le n°8 "Les régimes de vérité", et le n°9 "L'éveil aux langues".

Un modèle d'"Ecole des hospitalités mutuelles" est présenté, portant sur le projet global de l'école, l'orientation de certains cours, l'approche transversale et transdisciplinaire de plusieurs cours, et des activités extrascolaires et associatives. Ce modèle peut inspirer la formation des personnels éducatifs, mais aussi directement ce personnel, qui peut mettre en œuvre certains de ses aspects dans des dispositifs pratiques.

Voici une présentation des partenaires potentiels intéressés.

Permettez-moi de commencer par moi-même.

Olivier Ralet. Philosophe des sciences, j'ai été co-directeur avec Isabelle Stengers et Tobie Nathan du colloque "Cultures : guerres et paix" en août 2000 à Cerisy-la-Salle ; j'ai dix ans de pratique de co-thérapeute en ethnopsychiatrie, et ai publié plusieurs articles scientifiques sur les pratiques thérapeutiques traditionnelles et les rituels de possession ; je suis actuellement formateur d'adultes, en particulier enseignants, éducateurs et personnel psycho-médico-social attachés aux écoles, sur les thèmes notamment de la citoyenneté interculturelle, de la compréhension et la prévention des extrémismes et radicalisations violentes, des dispositifs d'argumentation pour construire le vivre-ensemble, etc.

Sont intéressés :

Véronique Georis. Socio-anthropologue et directrice d'AMOS AMO, où elle accompagne les jeunes et les familles dans leur milieu de vie, gère l'équipe, gère des projets en partenariat, participe au développement d'un quartier, soutient les enseignants dans les quartiers difficiles. Elle a publié notamment "Héros métis, jeunes bruxellois passeurs de mondes" (Le Grain, 2012). Formée à l'approche systémique, elle travaille notamment sur la question des genres dans un quartier populaire pluriethnique de Bruxelles.

Hamid Salmi. Psychologue clinicien, psychothérapeute, chercheur en ethnopsychiatrie, Hamid SALMI est chargé de cours à l'université Paris 8.  Ancien thérapeute au Centre Georges Devereux dirigé par Tobie Nathan et expert auprès des tribunaux de Paris. Formateur à la Sauvegarde des Bouches du Rhône et à Toulouse au Chemins de la Rencontre. Conseiller scientifique à l'université de Vérone (Italie). Fondateur de l'Association GMPI (Groupe de Méditation Paroles Interculturelles). Outre en ethnopsychiatrie, il est également formateur en prévention des radicalismes violents. Auteur de : Ethnopsychiatrie, Thérapies et Cultures, Édition Guibert, 2004. 

Alexandre Cohen. Psychologue clinicien au Centre de Santé Mentale Exil (Bruxelles) destiné aux migrants et demandeurs d'asile, aux réfugiés et victimes de la torture. Tuteur de MENA (Mineurs Etrangers Non Accompagnés). Il a été intervenant à Saint-Louis du Sénégal dans une équipe mobile effectuant des suivis et prises en charge spécifiques d’enfants, d'adolescents et d'adultes sur le plan psychosocial dans plusieurs lieux tels que le service psychiatrique de l'hôpital régional, la prison de la ville, un projet de santé communautaire dans une communauté de pêcheurs traditionnelle, le service de protection des mineurs, etc.

Deux pays, la Belgique et la France, sont donc représentés, avec l'éclairage que peut donner Hamid Salmi sur la tension entre l'ethnopsychiatrie et le système républicain français visant à l'assimilation des personnes d'origines étrangères par le "lissage" de leurs spécificités.

Véronique Georis soutient les enseignants dans des quartiers dits "difficiles", et moi-même forme des membres du personnel éducatif "à l'heure du débat sur les fondements culturels du vivre ensemble".

Alexandre Cohen donne un éclairage sur l'importance de préserver le lien avec les ancêtres pour des primo-arrivants (demandeurs d'asile), en particulier mineurs arrivés seuls (sans famille) en Belgique, qui rencontrent dans le système scolaire de la FWB des jeunes "autochtones" et "issus de l'immigration".

Un symposium à trois est donc possible (quitte à ce qu'Alexandre Cohen fasse équipe avec un des trois autres intervenants), mais la possibilité d'élargir à un grand symposium de six participants pourrait être rencontrée si deux autres personnes se montraient intéressées par l'angle d'approche originale, où il s'agit de cultiver les différences plutôt que les réduire, pour les mettre en relation les unes avec les autres (par des hospitalités mutuelles générant de nouveaux types de collectifs).

Pouvez-nous nous conseiller sur cette question ? Merci,

Olivier Ralet

Bonsoir Olivier, 

dans une approche plus "macro" de la transmission, Je te suggère de contacter le prof Eric Corijn qui avait émis le souhait de participer au RIED 2020 avec une contribution sur le thème de “Une ville n’est pas un pays: implications pour une éducation à la citoyenneté urbaine”. Voici ses coordonnées :

Prof. Dr. Eric Corijn

Vrije Universiteit Brussel
Cosmopolis, Centre for Urban Research
Vice Chair Brussels Studies Institute
Director Brussels Academy
Consultant Global Parliament of Mayors
Eric.Corijn@vub.ac
+32 497406112

 

Bien cordialement,


Altay

il y a 4 mois

Bonsoir Olivier, as-tu trouvé ? 

il y a 3 mois

Bonjour, 

Anastasie Amboulé-Abath (Université du Québec) et moi-même (Umons, Belgique), sommes à la recherche de partenaires pour travailler sur l'axe 2, dans une approche sur les pratiques à mettre en place en classe pour permettre l'instauration du vivre ensemble, en prenant en compte la diversité culturelle. Pouvez-vous me dire si nos idées peuvent s'intégrer dans votre projet?

Cordialement, 

Laëtitia Delbart 

il y a 3 mois
Propulsé par Agorakit (1.3) - Intégrer cette page